C’est arrivé à l’école l’Étincelle

La migration des oiseaux invisibles

samedi 26 décembre 2009 par Groupe 560
Entrevue avec Jacinthe
Metteure en scène de la pièce. Réalisation : Ariane Trudel, élève de 6e année.

Le 7 décembre 2009, nous sommes allés voir la pièce de théâtre La migration des oiseaux invisibles avec de superbes comédiennes nommées Marie-Josée Forget et Marilyn Perreault. L’auteur de cette pièce est Jean-Rock Gauvreault et la metteure en scène, Jacinthe Potvin. Cette pièce est produite par Mathieu, François et les autres. La durée est de 65 minutes et s’adresse aux 8 à 12 ans. Nous avons adoré, car cette pièce avait beaucoup d’humour.

Nous avons aimé ce spectacle parce que c’était drôle et nous allons vous expliquer pourquoi. Rat d’eau est un personnage de la pièce qui est très drôle. Il peut nommer sa gauche juste une fois sur deux et s’attire des ennuis à cause de cela. Simbad croit qu’il peut être invisible en disant une formule magique. Simbad s’attire des ennuis, car il ment et il est voleur. Nous trouvons que c’est exagéré de ne pas savoir sa gauche et sa droite parce que quand on va à l’école ont est supposé l’apprendre.

Quand nous sommes allés à la salle Méchatigan, nous avons regardé l’usure des vêtements. Nous avons remarqué le manteau du personnage qui s’appelle Simbad et son manteau était usé. Le manteau du capitaine était très beau, très grand, noir avec une tête de mort. Simbad était un clandestin et les clandestins ça se cachent dans des bateaux. Alors, ses vêtements étaient tout sales et arrachés. Nous croyons que c’était réel. Nous avons bien aimé les costumes parce que les personnages avaient l’air vrai sur un bateau.

Sans plus tarder, nous allons poursuivre par les éclairages qui étaient plutôt sombres. Je trouve que les éclairages donnaient de certaines émotions, par exemple : quand Simbad et Ulys étaient plus tristes, l’éclairage était plus faible. Il y a certains moments où l’éclairage aidait aux acteurs à faire des changements, comme lorsque les acteurs ouvraient et fermaient les portes du décor. Nous voudrions vous partager une dernière chose à propos des éclairages et cette chose est le réalisme que donnaient les lumières comme quand Simbad et Ulys étaient à l’extérieur du bateau, l’ambiance était parfaite. Il y avait un bruit de mer et la lumière misait juste vers le bas.

Le pont qui faisait traverser les personnages d’un bout à l’autre du bateau avait un aspect vraiment réel. Le pont du bateau était fait en métal avec un vrai grillage. Nous avons aimé la vitesse du changement des décors. On n’avait pas le temps de s’ennuyer. Nous aimons l’aspect réaliste parce que ça attire notre attention et ça nous accroche. Nous avons aussi aimé parce qu’à la télévision, nous ne pouvons pas faire autant de réalisme qu’au théâtre.

La migration des oiseaux invisibles présente la différence entre les enfants et l’importance de l’amitié. Cette pièce est exceptionnelle et nous vous encourageons à la voir si elle se produit dans votre théâtre préféré.

Guillaume, Anthony, Pascal et Laurie
École l’Étincelle de Sainte-Marguerite


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 84 / 552614

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives Étincelle  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site 2009-2010  Suivre la vie du site Classes de l’Étincelle 2009-2010  Suivre la vie du site Groupe 560  Suivre la vie du site Textes des élèves   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License