C’est arrivé à l’école l’Étincelle

Un héros méconnu

dimanche 30 décembre 2007

Voici les textes écrits par les élèves du groupe 560 pour la participation au concours HÉROS MÉCONNU organisé par le Soleil et le Musée de la Civilisation. Nos ancêtres étaient de valeureux colons. Un peu de réalité et beaucoup d’imagination ont permis de construire ces héros et héroïnes. Faites votre choix ! Et que la fête du 400e commence...
Détails du concours (Participe présent, www.mcq.org)

UN HÉROS MÉCONNU
Monsieur Robert Drouin, marié en 1637 avec la belle Marie Dubois, est un gars qui a vécu comme un héros. À l’âge de 10 ans, ce colosse levait déjà des charges de 260 livres. Mon ancêtre était vraiment fort !

Robert était maître-briqueleur et il n’était pas comme les autres. Il cassait de la brique avec sa tête et ses mains sans jamais se faire de mal. Il lançait les briques à des cinquantaines de mètres. Il chassait même le gibier qui courait à l’époque sur les Plaines d’Abraham avec des briques. Pauvres bêtes, imagiez-les, elles n’avaient aucune chance.

Vous vous demandez peut-être en quoi mon ancêtre était un héros ? Je vais vous le dire : lors de l’attaque de Phips, en 1690, Robert a été nommé 2e meilleur combattant. Le meilleur des troupes françaises était Daneau, Nicolas Daneau de Muy. Ce gars se cachait en arrière des troupes comme un verre de terre. C’était son père qui dirigeait les troupes et il a fait de son fils un héros… Mais lors d’une attaque des Anglais, Nicolas avait presque perdu la vie dans le fleuve Saint-Laurent en tombant de son bateau. S’il a survécu, c’est parce que Robert est sauté à l’eau et a ramené Daneau dans le bateau.

Mon ancêtre a sauvé le fils du chef de troupe. Pour son courage on l’a nommé gouverneur de la Louisiane. Je sais que c’est lui qui a découvert les Galápagos et les animaux qui s’y trouvaient. Malheureusement, il ne savait pas écrire et aucune trace n’est restée. Le 400e est donc une merveilleuse année pour corriger cet oubli.

Alex Drouin, 5e année, École l’Étincelle de Sainte-Marguerite

André Marceau le véritable héros
Mon ancêtre s’appelait André Marceau, mais dans le temps, cela s’écrivait Mercereau. Jeanne Mance a créé le premier hôpital de Montréal, mais mon ancêtre a fait une chose encore plus époustouflante. Mais qu’est-ce que c’est ? Je vais vous le dire. Jacques Cartier découvrit le Québec. Mon ancêtre l’accompagna dans cette expédition, donc il découvrit le Québec avec Jacques Cartier.

Ils partirent le 15 juillet 1609 pour découvrir un nouveau pays. Deux semaines plus tard, une terrible tempête se dirigea vers le bateau. Au bout d’un jour, ils voient des arbres. Ils décidèrent de se diriger vers les arbres c’est à ce moment qu’ils découvrent le Québec.

En France, la nouvelle de la découverte se répendit rapidement de bouche à oreille. Un jour, Louis XIV apprend la nouvelle et dit : « Il faut que j’envoie des filles… Mais comment ce nouveau pays va-t-il s’appeler ? Pourquoi pas la Nouvelle-France. » Donc il envoya des filles qui s’appellent les filles du Roy. C’est ainsi que mon ancêtre se marie avec une fille venue de la France. Il fonde la famille Marceau qui descend jusqu’à moi, Claudelle Marceau.

J’espère que vous avez apprécié l’histoire de mon ancêtre André Marceau. Peut-être qu’il passera à l’histoire comme Jeanne Mance parce que si André n’avait pas voyagé avec Jacques Cartier, elle n’aurait jamais pu fonder son hôpital !

Claudelle Marceau, 5e année, École l’Étincelle de Sainte-Marguerite

Antoine Pépin dit Lachance le héro
Attention, car mon ancêtre Antoine Pépin dit Lachance est sans l’ombre d’un doute le meilleur et son descendant vous parle à l’instant. Le fils d’Andrée Pépin et de Jeanne Chevalier est né en 1636. Si vous êtes un fan des courageux colons qui ont bâti ce pays, lisez ceci, car celui-ci était ,et est encore, le plus courageux d’entre eux.

Mon aïeul devrait bien sûr être connu, car celui-ci est parti de la France à 14 ans et avait assez de force pour résister aux maladies comme le choléra ou la prophylaxie. Lui-même a été le meilleur domestique du gouverneur. Grâce à son dévouement, il a reçu une terre ayant 200 arpents de longueur. Cette terre a permis à douze enfants et même à quelques pauvres de survivre. Vous ai-je dit que mon ancêtre était très respecté et ceux qui ne l’aimaient pas n’étaient guère aimé…

Au fond, mon ancêtre est presqu’une légende ! Après avoir lu mon texte, vous allez sûrement avoir le goût de le découvrir. On a même créé une armoirie au nom des Lachance, car c’est une grande famille du Québec qui a permis de développer la Nouvelle-France. Essayez de trouver mieux… Pas facile hein ! C’est tout simplement parce qu’Antoine Pépin dit Lachance a été le meilleur.

Jean-François Laprise 5ième année 10 ans de l’école l’Étincelle

Bernard, le plus grand agriculteur de la Nouvelle-France
Mon ancêtre est célèbre. On parle de lui partout . Il s’appelle Bernard Laisné dit Laliberté . À son époque, Bernard a été un héros remarquable dans le monde de l’agriculture . Il a commencé avec presque rien en 1685 pour arriver à 40 arpents de terre labourables .

Pierre Boucher, héros connu de tous, vit dans un monde complètement différent de Bernard Laisné. Pierre, en devenant gouverneur de Trois-Rivière en 1653, vit dans un monde de la politique tandis que Bernard vit dans le monde de la cultivation . Les deux personnages sont très proches puisqu’ils sont frères même s’ils viennent d’environnement différents. Ils sont de la même famille, car Pierre a été adopté et a changé de nom . Pierre et Bernard se sont retrouvés à Boucherville alors que Pierre commençait à développer cette nouvelle ville. On entend souvent parler de Pierre Boucher parce que fonder une ville, c’est important, mais Bernard est très spécial aussi ! Il en a mis du temps pour ses 13 enfants en même temps qu’il développait sa ferme. Il est le meilleur dans le domaine de l’agriculture. Tous ses voisins viennent lui demander conseil. Il aide même Pierre qui n’a pas vraiment le temps de s’occuper de ses champs. Pour son talent, on aurait dû lui donner une médaille.

Aujourd’hui, en ce jour, moi, Kelly Laliberté-Baillargeon, je vous présentais le merveilleux et unique Bernard Laisné dit Laliberté ; un héros de l’agriculture ,mais aussi l’ancêtre de tous les Laliberté du Québec !

Kelly Laliberté-Baillargeon, 5e année, 20 décembre 2007

Le meilleur gouverneur
Nous voici au 17e siècle, Jean-Baptiste Coltenprun, l’ancêtre des Colpron, avait un cousin lointain qui portait le même nom que lui. Enfin presque…

Jean-Baptiste Colbert, le cousin lointain de Jean-Baptiste, avait un rôle très important qui lui permettait d’inventer des lois comme il le voulait en Nouvelle-France. En effet, il était gouverneur. Ses lois pouvaient parfois être intrigantes… À l’âge de 33, ans ce cousin fut reconnu grâce à ses lois superbes et très bonnes. Un jour, Jean-Baptiste Colbert apprit une nouvelle déboussolante : le tabac, qui était très à la mode, était extrêmement dangereux pour la santé. Alors, il ajouta une taxe sur le tabac. Le peuple, qui ignorait tout de ces dangers, continua comme si de rien n’était à fumer et se rebella contre la nouvelle taxe. . Le gouverneur envoya directement une lettre à son cousin Coltenprun, qui vivait en campagne, pour lui annoncer la terrible nouvelle. L’ancêtre des Colpron réfléchit et envoya une lettre au gouverneur pour lui conseiller d’en parler au peuple.

C’est ce que Colbert fit aussitôt qu’il reçu la lettre. Après avoir bien écouté le gouverneur, la population étant surprise, arrêta immédiatement de consommer du tabac , même si quelques-uns moururent et eurent de la difficulté à arrêter. Le peuple remercia mon ancêtre Jean-Baptiste et il fut écrit dans le plus grand livre des lois, par erreur : Jean-Baptiste Colbert, en oubliant d’ajouter : conseillé par Jean-Baptiste Coltenprun, a sauvé des vies.

Maintenant, me croyez-vous ? Je l’espère, car avec cette histoire convaincante, il y a beaucoup d’informations qui font de mon ancêtre Colpron un réel héros. Si vous lisez seulemen le nom de Colbert dans le grand livre des lois sur le tabac, dites-vous que c’est une erreur ! Sans mon ancêtre, les gens auraient fumé encore plus longtemps. Jean-Baptiste Colpron a certainement sauvé beaucoup de vies.

Mathieu Colpron 6e année/ décembre 2007

Capitaine Marcoux un réel héros !

Il y a 400 ans, qui était le plus courageux de tous ? Le capitaine de milice Claude Marcoux. Il prenait toujours son courage à deux mains même lorsqu’une mêlée éclatait.

Si nous prenons quelques héros comme les frères Kirk, nous voyons qu’ils avaient du courage. Mais même les trois frères réunis ne valaient pas le courage de Claude Marcoux. Petite question : Les frères Kirk ont-ils déjà eu un honneur ? Eh bien Claude lui a eu un honneur à cause de son courage. Une plaquette avait été et est encore placée sur sa maison.

Claude n’était pas que courageux au combat, mais il était aussi valeureux, car son voyage de Cry-sur-amençon jusqu’au Québec a été très rude sans doute le plus dur de tous.

Come vous pouvez le constater, Claude était un très grand personnage de l’histoire du Québec et de la France. Donc, je crois que c’est à vous de reconnaître que cet as du courage est un héros et même peut-être un des plus grand héros du monde. C’est probablement de lui que je retiens mon grand courage de guerrier et de leader !

Nicolas Marcoux, 6e année, 20 décembre 2007

Pierre Fournier
Un héros comme mon ancêtre, ça ne se trouve pas partout et c’est pour ça que je vais vous dire pourquoi vous ne devez lui enlever son titre de héros de notre pays. Il s’appelle Pierre Fournier et il a été marié à Françoise Couture.

Aucun homme de bonté ne pouvait faire des choses semblables : il sauvait des vies, des animaux en détresse et des petits enfants qui avaient besoin d’aide. Il a même été nommé seigneur de notre pays en 1747 pour avoir sauvé son territoire d’une attaque faite par les Algonquins.

Donc, quelle est votre décision ? Ce n’est pas moi qui décide, mais ce courageux Fournier mérite une seconde chance : qu’on le reconnaisse enfin comme héros !

Jonathan Fournier, 5e année

Une ancêtre incroyable !!!
Attention ! Ce message s’adresse exclusivement aux fans de Louis XIV, qui sera bientôt un des rois les plus fiers au monde grâce à… Jeanne Sauvenier l’une des rares filles du roi éduquée au 17e siècle, et mon ancêtre ! Elle a marié Jean Soucy l’un des plus grands colons français de l’Amérique et, pour finir, elle a eu 4 enfants avec lui. Maintenant, voila pourquoi Jeanne Sauvenier était et est encore la parisienne la plus remarquable.

Jeanne Sauvenier est une des rares filles du roi à avoir affronté les nombreux dangers des territoires des terribles anglais. Elle en a combattu plus d’une centaine de milliers lors de ses nombreux périples. Voici un exemple de son voyage le plus dangereux et le plus romantique. Jeanne se promenait sur le bord d’un lac en territoire anglais lorsqu’un jeune homme vêtu d’une veste blanche et noir s’approcha et l’embrassa. Ne sachant quoi dire, Jeanne l’embrassa à son tour. C’est alors qu’un inconnu fouetta l’homme qui tomba par terre et s’évanoui. Folle de rage, Jeanne se battit comme un homme et pu se marier à l’homme de ses rêves, qui se trouvait à être mon ancêtre, Jean Soucy !

Voici l’exemple de son dernier voyage. Après s’être mariée, Jeanne entra en cachette dans un campement anglais et écouta cette conversation troublante : « Ces idiots de Français ont réussi à tuer l’un d’entre nous et en plus, la meurtrière est une Parisienne.
- Calme toi Jômon ! Ce n’est que le début de ces terribles agressions françaises. Nous devons punir cette Française ! »
Incapable d’en supporter plus, Jeanne se battit encore une fois comme un homme et c’est ainsi qu’elle domina les troupes et les territoires anglais jusqu’à sa mort, quelques années avant 1759.

Et voilà. Je suis très heureux, chers compagnons, que vous me regardiez avec un air hébété en vous disant que Jeanne Sauvenier est la parisienne la plus courageuse de l’Amérique. Faites savoir au peuple que le roi Louis XIV aurait perdu la Nouvelle-France bien avant s’il n’avait pas pu compter sur le courage de ma courageuse ancêtre Jeanne .
Félix Colpron, 5e année

Un héros incomparable
Bon, je vais vous présenter mon ancêtre. Attention, dans ce texte, il a de quoi s’étonner de Louis Bégin qui doit être écrit dans le livre des héros du Québec. C’est un être qui n’a jamais été reconnu pour ses exploits. Mais aujourd’hui, je vais rétablir la réputation du fils de Jacques Bégin et d’Anne Meloque parce que personne ne sait qu’il a été gouverneur de la Nouvelle-France !

Vous vous souvenez de Paul de Chomedey de Maisonneuve. Il a créé Ville-Marie et a été gouverneur jusqu’à son départ en 1665. Eh bien, sachez qu’il avait dit, avant son départ, que Louis Bégin prendrait sa place. Pour fêter son titre, une grande fête se déroula. Des soldats jusqu’aux cuisiniers, tous firent la fête ! Mais Louis avait encore toute sa tête. Il avait découvert une flèche près de lui. Des Iroquois allaient assiéger la ville ! À mains nues, il négocia avec ces 300 indiens. Un exploit digne des plus grands héros. Paul de Chomedey de Maisonneuve n’aurait jamais réussi ça.

Louis Bégin est devenu l’un des plus grands soldats, généraux ou gouverneurs que le Québec ait connu. Il a quitté son poste de gouverneur pour travailler dans l’armée. Devenu commandant, il mit ses soldats au service des commerçants dont les caravanes se faisaient toujours pillées. Il repoussa avec ses troupes les envahisseurs. Voici pourquoi il devrait passer à l’histoire. Sans lui, vos ancêtres seraient morts et vous ne seriez pas là.

Vous avez maintenant constaté pourquoi Louis Bégin était fantastique. J’espère que vous allez vous dépêcher d’écrire son nom dans le livre des héros.

Jordan Bégin,5ème année.20/12/2007

Mon Héroïne contre Anne Gasnier

Vous, les sept historiens, après avoir lu mon texte, vous allez être bouche bée. Commençons. Anne Cloutier est le nom d’une de mes ancêtres et je veux prendre sa défense. Elle s’est mariée en 1637 avec Robert Drouin, le meilleur maître-briqueleur de son époque.

Je vais vous parler longuement d’Anne Cloutier qui va affronter Anne Gasnier pour le titre d’héroïne. Qui dois-je défendre ? Anne Cloutier bien sûr. Pour Anne Cloutier, se marier était sa première idée. Reconnue par le nom de sa mère Xainte Dupont, Marie Dubois mère de Robert Drouin 2e de ce nom, propose une entente : leurs enfants allaient se marier. À leur première rencontre, les mères pensaient qu’ils allaient se détester. Bien non ! Dès leur premier regard, ils tombèrent fous amoureux. Ils finirent par se marier. De leur nuit de noces, naquit un premier enfant. Un 2e et un 3e ont suivi. Robert était le meilleur maître-briqueleur de la Nouvelle-France. Anne Cloutier avait des talents pour la pâtisserie et gagna le prix du plus haut gâteau de l’univers ; il avait 5 milles étages. Un chef d’Å“uvre pour l’époque ! Elle était aussi la meilleure chanteuse de France et de la Nouvelle-France. En quelques notes, elle pouvait redonner espoir aux colons qui devaient affronter les durs hivers québécois. Elle meurt prématurément en 1648.

On entend souvent parler d’Anne Gasnier… Pourtant, elle n’a point eu d’exploit. Elle eut une union fraternelle avec Jean Bourdon. Elle accueilla les filles du Roy, mais elle n’était pas vraiment bonne amie avec ces filles qu’elle mariait très vite après leur descente du bateau. Elle prenait énormément de son temps pour donner des soins à des gens que l’on nommait les misérables, mais avait une voix détestable et ne savait pas chanter. Elle s’occupait des 7 enfants de Jean qui était un des pionniers de Nouvelle-France, mais n’a jamais eu d’enfant avec lui. Sa mère n’était pas vraiment fière d’elle. En 1698 à l’âge de 87 ans, son nom n’apparaît toujours pas dans le livre des exploits. Découragée, elle meurt le 5 janvier 1698.

Pour conclure mon débat, je vous demande si ma cliente a gagnée le concours. Elle le mérite n’est-ce pas ? Mon ancêtre doit gagner ! Je ne vois pas votre plaisir à reconnaître Anne Cloutier comme héroïne…Je demande au juge son opinion. « Ces historiens comprendront ou ils iront en prison ! »
Lydia Labbé, 5e année

Mon super ancêtre est un héros.
Mon ancêtre, Guillaume Guérin dit St-Hilaire, est baptisé le 27 septembre 1668 et il est mort le 31 mars 1778 à Château-Richer. Son père se nommait Léonard et sa mère Marie Poignon. Il s’est marié le six octobre 1704 à l’Ile-Orléans avec Marie-Anne Guillot. Mon ancêtre était soldat des troupes de la Marine, mais aussi un héros parce que c’était le plus courageux des soldats. Si vous ne me croyez pas, je vais vous le prouver en le comparant à Jacques Maleray de la Noiré de la Mollerie. Lui, il a failli être tranché de la tête !

Premièrement, mon ancêtre est un héros, car il n’a tué personne dans sa vie. Il était très gentil et laissait l’ennemi se sauver après lui avoir demandé de ne plus faire la guerre. Jacques Maleray de la Noiré de la Mollerie a été reconnu coupable d’avoir tué en duel sieur Guillot de la Forest à Poitiers dans l’auberge de la Croix Blanche. À cause de cela, il a été jugé et condamné à la tête tranchée, mais il s’est sauvé pour arriver en Nouvelle-France. Un criminel dans la colonie ne pouvait devenir un personnage remarquable. Par son honnêteté, voyez-vous que mon ancêtre est un héros ?

Deuxièmement, je vais encore vous prouver que mon ancêtre est un héros. Guillaume était un soldat et pour que les Anglais partent, il a simplement fait partir la rumeur qu’il était très très grand et fort aussi. Par la suite, les Anglais sont partis de la Nouvelle-France et de la France aussi. Jacques s’est distingué dans toutes les occasions. Il aimait faire peur, mais n’était pas contre les Anglais ou les Iroquois. Il se battait pour la paix.

Maintenant, j’espère que vous croyez que mon ancêtre est un brave héros. En tous cas, moi je trouve que Guillaume était beaucoup plus gentil que Jacques. Si Jacques a été reconnu, mon ancêtre peut l’être aussi.

Myriam St-Hilaire, 5e année, déc 2007

Jacques Billaudeau rime avec héros !

Peut-être que Marie de l’Incarnation a fondé les Ursulines, mais Jacques Billaudeau, ancêtre de tous les Billaudeau d’Amérique, est tellement important dans la communauté française qu’on a fondé l’association des Billaudeau au Poitou.

Avant d’arriver au Canada, Marie Guyard a changé de nom pour celui de Marie de l’Incarnation. Elle avait peut-être honte de son nom, mais Jacques était fier de s’appeler
Billaudeau et a gardé son nom. M. Billaudeau a combattu auprès du général Louis-Joseph de Montcalm contre les anglais dirigés par James Wolfe. Montcalm est malheureusement mort dans les bras de son plus fidèle combattant, qui est allé le venger en tuant lui-même Wolfe. Qui était ce fidèle soldat ? Bien sûr, Jacques Billaudeau.

À cause de ce meurtre, les anglais ont pris en otage la femme de mon ancêtre. Il a dû traverser le fleuve Saint-Laurent en pleine nuit, début novembre, habillé comme un ours pour sauver sa bien-aimée. La trouver dans le camp anglais n’a pas été la plus facile des tâches. Lorsqu’il a retrouvé sa dulcinée, il a volé une embarcation pour s’enfuir.

C’est le 8 février qu’un héros quitta la terre pour monter rejoindre son général au ciel, laissant dans le deuil sa femme et ses 7 enfants. Peut-être rejoignait-il aussi Maire de l’Incarnation connue de tous ? Pourquoi a-t-on oublié un si grand homme ? Telle est la question. Je suis fière d’être une Billaudeau et je jure de rester fidèle à mon nom.

Renée Ferland-Bilodeau 6e année 11 ans.

Antoine Fortier est mon héros
Mon ancêtre est Antoine Fortier qui, au 17e siècle, nourrit tout le Canada. C’est pour son grand talent de pêcheur que le roi lui a demandé de venir pêcher au lac Huron et a cause de ça il est un héro.

Le roi lui a demandé d’accompagner Jean Brébeuf qui partait pour explorer le lac Huron.. Comme le voyage était long, mon ancêtre a pris le temps de montrer à pêcher à Jean Brébeuf. Comme il lançait sa ligne, il y eut un poisson qui mordit à l’hameçon. Jean Brébeuf, suivit les conseils d’Antoine et ramena le poisson. Si Antoine n’avait pas été un bon pêcheur, les passagers du bateau seraient probablement morts de faim !

Mon ancêtre peut nourrir le Canada entier et aussi il montre les techniques de pêche.

David Fortier, 6e année

Grégoire Deblois
Samuel de Champlain a fondé la petite ville de Québec, mais mon ancêtre Grégoire DeBlois, marié à Françoise Viger, a fondé la grande province de Québec !
Grégoire DeBlois est né en 1632 et a fondé, en 1652, la province de Québec. Il n’était alors âgé que de 20 ans. Quatorze ans plus tard, il rencontre l’amour et marie Françoise Viger. Comme plusieurs personnes, il était connu sous d’autres noms dont Grégoire Delbois, Grégoire de Blois. Après avoir créé le Québec, il était reconnu sous le nom de m. GDID. Il fut un vrai héro.
Si on fait un bond dans le passé, le 28 avril 1653, il décide de fonder Montréal. Un mois plus tard, Samuel de Champlain a fondé la ville de Québec. Trois mois s’écoulent, il se fait chasser de sa ville. Après toutes les histoires de Grégoire, il crée toutes les autres villes et en 1705, il meurt.

Grégoire est en sorte un très grand héro.

Dylan DeBlois, 5e année

Jacques Bégin, le père de tous les agriculteurs du QuébecJacques Bégin, ancêtre de ma vie, a été extraordinaire de transmettre à ses enfants, de génération en génération, l’art de l’agriculture. Ainsi, son talent s’est rendu jusqu’à moi. Maintenant, c’est à mon tour de vous aider à mieux comprendre sa vie.

Il besognait sur sa ferme de huit arpents. Il possédait trois bêtes à cornes. À l’aide de ses trois bêtes à cornes, à chaque été, Jacques allait semer pour Cori, Nana et Sicou, les trois bêtes). Il plantait du maïs, du blé et plusieurs autres choses. Quelques semaines avant l’hiver, il récolta absolument tout. Parfois, les animaux avaient de la nourriture pour deux ans consécutifs sans avoir besoin de refaire les labours. L’été où il n’avait pas à faire les foins, il s’assoyait et planifiait bien tranquillement à ce qu’il allait faire l’année suivante. De plus, il aidait ses voisins à rentabiliser leur terre.

C’est Jacques qui faisait les plus grosses provisions du Québec. Si Marguerite Bourgeoys a été reconnue pour avoir enseigné aux enfants de la Nouvelle-France, mon ancêtre peut, lui aussi, être reconnu pour avoir fait des aussi grosses récoltes.

Laurence Bégin, 6e année

Jaques Beaudoin gouverneur de la première colonie de Nouvelle-France

Jaques Beaudoin est celui qui aurait dû gouverner la première colonie nommée Nouvelle-France à la place Charles Huault . Ce dernier, vraiment peureux, ne savait pas se défendre. Heureusement un domestique, ou plutôt un garde, a su défendre à plusieurs reprises son sale maître.

Un jour, ou plutôt une nuit, des indiens, nos principaux ennemis avaient une forte intention de tuer. Ils avaient besoin de faire un meurtre. Ils décidèrent par hasard de choisir la maison de Charles Huault. Jaques s’aperçut que des intrus approchaient. Alors, il prit une casserole et un canif qu’il portait toujours sur lui et entra dans la chambre du maître. Il assomma les deux indiens à coup de casserole. Le lendemain, Charles dit au voisinage : « J’ai tué deux indiens à mains nues ! ».

Ils furent tellement surpris qu’il l’élu gouverneur.
Maxime Beaudoin, 6e année

Le Roy le plus courageux
Mon ancêtre Nicolas Roy ou Leroy est né à Dieppe Normandie, en 1639. À l’âge de 10 ans, il soulevait 250 livres et il est vite devenu un héros.

Nicolas a traversé l’Atlantique en canot avec sa mère, sa femme et deux fils. Arrivé en Nouvelle-France, il a été le premier de Normandie à fonder une famille. Il a eu 18 enfants. Hélas, douze sont morts dans un incendie.

Nicolas Roy a été un des plus grands héros du monde grâce à ses exploits de 250 LB, à sa traversée l’Atlantique en canot et le premier de Normandie à fonder sa famille en Nouvelle-France.

Alors, ce Roy devrait être reconnu comme un des plus grands hommes du monde et un grand héros.

Olivier Roy,20 décembre 2007

Robert Drouin
Mon ancêtre était un maître-briqueleur en Nouvelle-France. Il s’est marié à Marie Chapelier en 1649. Il était le meilleur marine de Louis XVI. Le plus mauvais était Jean-Baptiste Colbert. Il ne soulevait pas de poids de 350 lbs et il était bon à rien dans les calculs, mais l’écriture était sa force. Mon ancêtre était le meilleur de toute la Nouvelle-France.

Louis XVI avait engagé Jean-Baptiste pour deux semaines, mais il n’était pas assez fort pour transporter la carriole de sa majesté et il n’était pas très bon pour défendre le roi. De plus, dans les mathématiques, il ne connaissait même pas la somme de 2+2 ! Il disait que ça faisait 3 et non 4. Sa majesté avait besoin de quelqu’un de manuel qui possédait un bon quotient inventif pour faire son trône portatif. Il a tout de suite pensé à Robert Drouin, le meilleur de la ville. Il a essayé Robert pendant une semaine et il fut accepté.

En conclusion, Robert Drouin était le meilleur de la terre. Après sa mort, le premier juin 1685, les rois n’avaient plus d’hommes compétents.
William Drouin, 6e année

Mon superbe héros est mon ancêtre
Mon ancêtre a été un héros extraordinaire. On retrouve le nom de François Ferland dans le livre des plus grands héros du monde. Mon ancêtre a marqué l’histoire du monde entier. Il est né en 1641. Il a épousé Jeanne-Françoise Milloir. Jeanne-Françoise est aussi dans le livre des plus grands héros du monde. Quelle belle famille qui marque l’histoire du monde.

Si je compare mon ancêtre avec Jacques Cartier, mon ancêtre est un plus grand héros. Jacques a fait des erreurs quand il a préparé les cartes de la première exploration française. Il avait fait des erreurs dans le dessin des côtes du fleuve Saint-Laurent. À l’époque où mon ancêtre, François Ferland, a travaillé au Séminaire de Québec, il a constaté les erreurs et les a corrigées sans que personne ne s’en rende compte.

Jacques Cartier a pris possession du Canada au nom du roi de France. C’était un grand explorateur. Pour sa part, mon ancêtre a aidé à peupler le Canada, car il a eu seize enfants avec Jeanne-Françoise qui en avait déjà quatre. Au total, vingt enfants ont donc peuplé le Canada.

Maintenant, j’espère que vous croyez que mon ancêtre est aussi bon que Jacques, peut-être même meilleur !
Camille Ferland , 6e année

Antoine Boutin, un véritable héros
Antoine Boutin est mon ancêtre. Il s’est marié avec Geneviève Gaudin en 1665. Il était tambour dans l’organisation du Château Saint-Louis à Québec. Après, il quitta l’armée. Il obtient une concession dans la seigneurie de Dombourg à Neuville. Il avait un grand ami qui s’appelait Albergatti Vezza. Comme vous le remarquez, son nom vient de la Pologne. Vezza a défendu pendant six mois le fort Jacques Cartier. Pour lui remonter le morale pendant ces longs mois,mon ancêtre lui jouait du tambour et je vous le dis, ça le motivait ! Grâce à mon ancêtre, cet homme est devenu capitaine de l’armée et aussi chevalier de Saint-Louis. C’est pour ça que vous devez nommer mon ancêtre héros parce qu’il est le meilleur.

William Boutin, déc 2007


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1550 / 552659

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives Étincelle  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site 2007-2008  Suivre la vie du site Classes  Suivre la vie du site Groupe 560  Suivre la vie du site Généalogie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License